--
 
  < Retour aux Fonds d'Actions Solidaires

La cage du zoo de Goa ouverte pour John et Jo
Version imprimable
-

One Voice et Wildlife SOS, en partenariat avec International Animal Rescue, ont organisé la libération de deux ours à colliers, déjà rescapés de la « danse des ours » et détenus dans un petit zoo à Goa. Opération délicate mais réussie, dans le cadre du Fonds d’Actions Solidaires.

-
Voie sans issue

Ashok et Julie, alias John et Jo, étaient exploités par des kalandars qui les forçaient à danser (activité illégale en Inde) à travers le Karnataka. Confisqués par le département forestier de Goa, puis placés dans le zoo de Bondla, ces ours étaient maintenus dans une cage, attachés aux barreaux par la corde qui transperçait leur museau. Leur santé déclinant rapidement, nous avons été sollicités pour les aider.

Alerte


L’attention des Autorités du Zoo Central fut alertée par Wildlife SOS. Avec l’aide et le soutien du Conservateur principal des Forêts, le docteur Pandey, et du Député Conservateur des Forêts d’Uttar Pradesh, Mr Singh, les autorisations pour déplacer les ours de Goa vers Agra furent rapidement délivrées et le déménagement fut approuvé par l’Autorité du Zoo Central.

Envol


Une équipe de spécialistes des ours et un vétérinaire de Wildlife SOS ont rejoint les ours pour les préparer à supporter le long voyage de 17 heures, de Goa à Agra. Pendant une semaine, ils ont prodigué des soins, traité les plaies du museau qui s’infectaient, donné des traitements spéciaux à base de miel et de fruits, et réconforté les ours. Tout a été organisé pour leur éviter du stress. L’équipe de Jet Airways, qui devait transporter les ours, avait elle aussi été préparée.

Réhabilitation


Les ours sont arrivés sains et saufs au sanctuaire. Leurs cordes ont été enlevées. Par contre, l’anneau en cuivre, fixé au museau, nécessite une intervention chirurgicale avec anesthésie générale. Pour cela, leur système immunitaire doit être suffisamment renforcé. Après une période de mise en quarantaine, ils seront introduits vers d’autres ours et se promèneront dans les grands espaces verdoyants du sanctuaire.
Dr Aru A Sha, vétérinaire de Wildlife : « Notre expérience montre que ces ours s’installeront très rapidement dans le sanctuaire d’Agra et en contraste direct avec les longues années de souffrance, ils apprendront très vite à jouer et à profiter de la vie comme un ours véritable. »


-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice