--
 
  < Retour aux Fonds d'Actions Solidaires

Au secours des animaux en Inde, premiers sauvetages
Version imprimable
-






La tragédie qui a frappé les pays du sud-est asiatique concerne aussi de nombreux animaux. C’est pourquoi One Voice, en partenariat avec Wildlife SOS, a décidé d’envoyer une mission sur la côte afin d’aider les survivants.


Désolation

Dans un spectacle de désolation, parcourant des villages de pêcheurs dont il ne reste plus rien, les enquêteurs ont, avec l’aide des habitants, découvert une vingtaine de chiens et quelques vaches qui erraient dans les décombres sur la plage de Pallavakkam. Ils ont été placés dans des centres de soins.

De rares miraculés

Dans le souci de préserver les populations des risques d’épidémies liés à la présence massive de cadavres, les équipes sur place ont procédé à des mises en terre et des crémations. Des centaines et des centaines d’animaux ont ainsi été retrouvés morts. Cependant, le sauvetage inespéré d’un chiot à  Kannathur leur a redonné quelque espoir. De la même façon dans le village de Singarathoppu, un chien est miraculeusement rescapé. La vague qui l’emportait l’a projeté dans un pot qui a flotté avant d’arrêter sa course dans les branches d’un arbre.

Populations en détresse

Sillonnant la région, nos vétérinaires ont également apporté toute l’aide dont ils pouvaient faire preuve aux populations sinistrées, celles-ci n’ayant pas encore été visitées par les secouristes indiens.

Et les villageois, pourtant si meurtris, ont accueilli avec beaucoup de bonheur et de gratitude les soins apportés à leurs animaux.

Fuite préventive

Dans les villages situés plus à l’intérieur des terres, les sauveteurs ont découvert de nombreux animaux, chiens, chats, vaches ou chèvres, recueillis par les habitants. En effet, lors de la survenue de la catastrophe, de nombreux animaux ont pris les devants et se sont réfugiés vers les hauteurs. Il a été ainsi rapporté des cas de chiens ayant fui les bateaux pour regagner les ports à la nage.

Instinct de survie

Ces témoignages corroborent ainsi les observations faites en Thaïlande où les éléphants des parcs animaliers ont pris les routes menant vers les collines en dépit des ordres de leurs cruels cornacs leur intimant de mener les touristes vers les plages.

Perception accrue

Pour expliquer cet instinct de préservation, les scientifiques réfutent l’idée de sixième sens, mais estiment que leur perception des mouvements naturels est plus développée que la nôtre, à moins que les humains n’aient perdu cette faculté… 

Famine

Cependant, un autre problème se pose, dans cette région où tout manque désormais, il n’y a plus de nourriture. De surcroît l’eau de mer en envahissant les terres les a rendues salines. Les pâtures sont devenues incomestibles pour les vaches ou les chèvres. Déjà, des tonnes de fourrage ont été distribuées aux animaux. Cette aide se poursuivra aussi longtemps que nécessaire.


-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice