--
 

Fourrure : un monde d’inélégance

La fourrure revient sur le devant des magazines de mode et des boutiques. Il s’agit pourtant d’une industrie qui n’a rien d’élégant.

Bien-être bafoué

Les fermes à fourrure dans lesquels les visions, chinchillas et autres renards sont entassés ne répondent pas aux normes minimum du bien-être animal ainsi que l’a démontré un rapport de la Commission européenne. Les conditions dans lesquelles la mort est infligée sont indignes.

Pièges mutilants


De surcroît, des animaux continuent d’être prélevés dans la nature pour finir en manteaux. Le piégeage, méthode particulièrement mutilante, est toujours pratiqué au Canada ou en Russie.

Animaux familiers

Quant au scandale des fourrures de chiens et de chats, il a partiellement trouvé sa résolution en France l’introduction, l’importation et le commerce de ces peaux sont désormais interdits dans notre pays, en attendant que l’Europe se dote d’une réglementation en la matière.

-

Les faux-semblants de l'industrie
La fourrure revient sur le devant des magazines. Pourtant, les conditions d'élevage et de mort des animaux destinés à finir en manteaux, dessus de lits et autres étoles devraient faire réfléchir avant de céder à l'envie d'en acheter.
> Lire
Vie et mort dans les centres de production
Enfermés dans des cages trop petites, mal nourris, les animaux sont souvent malades et abattus cruellement.
> Lire
Le piégeage, sans cruauté ?
Rien qu'au Canada, il existe 80.000 trappeurs. Cette façon de tuer est particulièrement douloureuse.
> Lire
Un rapport européen accablant pour les éleveurs
Cages inadaptées, euthanasies indignes sont quelques unes des carences dénoncées.
> Lire
Dans un élevage de visons - Novembre 2003
Un de nos enquêteurs a visité des fermes en France. Les animaux stressés sont agités de mouvements anormaux.
> Lire
33 chinchillas sauvés en Croatie - Novembre 2003
Un de nos enquêteurs a pu filmer un élevage, ainsi que la mise à mort de ces animaux, tués pour leur fourrure.
> Lire
Au coeur d'une ferme de renards
Un membre de l'association PETA a filmé les conditions de détention de ces animaux. Des images éloquentes
> Lire
Fourrure d’animaux familiers : des avancées
La fourrure de chiens et de chats ne devrait bientôt plus être qu'un mauvais souvenir en Europe. La France a interdit l'introduction, l'importation, et le commerce de ces peaux. L'Union devrait en bannir le commerce et l'utilisation.
Parlement
Une dizaine de pays ont décidé de ne plus vouloir de ces fourrures et le parlement européen a adopté un texte en ce sens, il y a déjà deux ans.
Encore faut-il que la Commission Européenne propose maintenant une réglementation.
France
La France, en corrigeant et en complétant l’arrêté de 2003, a prouvé sa volonté de bannir les fourrures de chiens et de chats. Mais il lui faut désormais l’appliquer et condamner les contrevenants, et c’est là que va apparaître sa véritable détermination.
Asie
Il n'en demeure pas moins qu'en Asie, essentiellement en Chine, des millions de chiens et de chats sont élevés puis tués dans des conditions indignes, à seule fin de servir de descente de lit, de cols, de manteaux ou même de petits jouets.
> Consulter le site www.animaux-familiers.org

Zara renonce à la fourrure
Par respect pour la « sensibilité » de leurs clients, les magasins de vêtements Zara ont décidé de renoncer à proposer des articles en fourrure. La mesure est entrée en vigueur à compter du début de l’année 2005. Le groupe s’était engagé en 2002 à ne proposer que des fourrures issues d’animaux d’élevage destinés à l’alimentation, en l’occurrence des lapins. Sa décision d’abandonner complètement le commerce de la fourrure est la preuve que, contrairement à ce que serinent certains magazines féminins, les jeunes femmes, la clientèle de prédilection de Zara, ne veulent pas porter des dépouilles d’animaux.

 


-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice