www.onevoice-ear.org


33 chinchillas sauvés en Croatie

-

Les chinchillas ont, a priori, deux grands avantages dans la vie : ils sont dotés d’un très bon caractère et disposent d’une ravissante fourrure. Mais ces deux atouts se retournent contre eux. Ils sont élevés dans des fermes pour finir en manteaux. Un de nos enquêteurs s’est rendu en novembre 2003 en Croatie où il a visité cinq de ces centres.

-
Quasi-monopole

L’industrie de la fourrure du chinchilla existe depuis longtemps dans ce pays, ainsi que dans les états voisins tels que la Hongrie, la république de Yougoslavie et la Bosnie. En Croatie, une firme « Chinchillas Dakovic » a le quasi-monopole du marché. Elle a confié l’essentiel de l’élevage à une multitude de petites fermes réparties dans tout le pays.

Elevages


Dans ces établissements, il s’agit le plus souvent de faire se reproduire les animaux et les amener à l’âge de 9 mois. « Chinchillas Dakovic » se charge ensuite de récupérer les rongeurs, puis de les tuer et d’en exploiter la fourrure. Mais il arrive que les « fermiers » mettent à mort eux-mêmes les animaux.

Bacs à sable


Les centres d’élevage sont de petites dimensions. De 100 à 300 animaux y sont détenus. Chaque animal dispose d’une cage de 50cm de long sur 45cm de large pour une hauteur de 35cm. Le sol est une plaque métallique recouverte de sciure. Les animaux disposent d’une petite plateforme ainsi que d’un bac à sable, où ils se lavent pour entretenir leur pelage.

Ventilateurs

Ces rongeurs apprécient une température oscillant entre 15°et 20° lorsqu’ils sont en captivité. Pour ce faire, les éleveurs utilisent des ventilateurs en été et des chauffages en hiver. Les femelles reproductrices sont les moins bien loties. Alors que les mâles disposent de tunnels pour aller les rejoindre, elles ne peuvent sortir de leur cage en raison des colliers en plastique qui ont été placés autour de leur cou. En liberté, les chinchillas ne forment qu’un seul couple pour la vie.

Souffrances


De part son caractère affable, le chinchilla supporte assez bien la détention. Les éleveurs peuvent d’ailleurs les prendre hors de leur cage et les remettre sans risque de se faire mordre.
Si les conditions de détention n’ont pas de commune mesure avec les désastreuses fermes de visons, la mise à mort des chinchillas s’effectue, elle, avec beaucoup de souffrances.

Electrocution

Les animaux sont tués par électrocution, gazés ou ont le cou brisé. Cette dernière méthode est prohibée dans les pays de l’Union européenne, mais en Croatie il n’y a ni loi ni code pour élever des chinchillas. Y en aurait-il, le personnel manquerait pour vérifier leur respect.
Notre enquêteur a pu filmer, en caméra cachée, les derniers instant d’un de ces rongeurs.

Mort lente


« L’éleveur a attaché des clips métalliques à une patte et à la gueule de l’animal, puis les a reliés à un transformateur, explique-t-il. Le chinchilla criait extrêmement fort quand on lui a posé les électrodes. Il s’est tu dès que le courant est passé. Mais après plus d’une minute et demie, il bougeait toujours. Le fermier a vérifié plusieurs fois pour s’assurer s’il était mort. Deux minutes après le début de l’électrocution, c’était le cas. Alors le fermier a ôté les clips et a commencé à le dépecer, non sans l’avoir secoué une dernière fois pour être sûr qu’il ne vivait pas encore ». Il faut 120 chinchillas pour faire un manteau.

Marasme

Le marché de la fourrure est en plein marasme en Croatie. Les peaux se vendent moitié moins cher qu’il y a 5 ans et le nombre des fermes a été divisé par 10, passant en deux ans, de 2000 à 200 unités. Et ce chiffre devrait continuer à baisser. Cela ne signifie cependant pas que ce commerce soit en régression au niveau mondial, mais les fournisseurs préfèrent faire élever les animaux dans d’autres pays, moins chers.

Sauvetage


Seule bonne nouvelle de ce séjour croate : notre enquêteur a pu ramener 33 chinchillas sauvés d'une ferme. À leur arrivée en France, ils ont été placés au « Refuge de l’Arche » où ils vivent maintenant, heureux, en liberté.

Animal de compagnie… pour noctambules !


Contrairement à ce que laisse croire l’industrie, le chinchilla tué pour sa fourrure est exactement le même que celui qui est devenu un animal de compagnie. Ce charmant rongeur est d’ailleurs fréquemment réclamé en cadeau. Si les parents savaient que la délicieuse créature vit une bonne quinzaine d’année, est strictement nocturne et nécessite une alimentation adaptée, sans doute renonceraient-ils…

-
------------
-
Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation
© One Voice
-
One Voice
23, rue du chanoine Poupard
BP 91923
44319 Nantes cedex 3
Tel: 02 518 318 10 - Fax : 02 518 318 18
info@onevoice-ear.org