www.onevoice-ear.org


Dans un élevage de visons

-

Comme tous les hivers, des femmes vont recevoir en cadeau un manteau ou des accessoires en fourrure. Si elles pouvaient se douter du monde de souffrances qui se cache derrière l’objet de leur convoitise, sans doute renonceraient-elles à ce cruel présent.

-
Enquêtes

Pour les aider dans cette prise de conscience, One Voice a lancé, en novembre 2003, une nouvelle campagne contre la fourrure. Elle s’est concrétisée notamment par deux enquêtes. L’une en Croatie, qui a débouché sur le sauvetage d’une trentaine de chinchillas, l’autre en France, dans un élevage de visons.

Dépouilles


L’enquêteur qui a été dépêché chez les visons n’est pas un novice. Les lieux d’expérimentation, il connaît. Pourtant, ce qu’il a vu là, l’a bouleversé. Les visons ont une « bonne bouille », ils sont délicieux à regarder. Si davantage de clientes savaient à quoi ressemblent ces mustélidés, elles ne voudraient plus porter leurs dépouilles en guise de vêtement. Mais cela, les fourreurs se gardent bien de leur montrer.

Privés d’eau

L’un des élevages, vu par notre enquêteur, est immense. Plus de 40 000 animaux y survivent dans des cages minuscules, aux toits de tôle (plus de 10 % des animaux meurent de chaud chaque été). Ils sont privés d’eau pour s’ébattre, alors qu’ils y passent normalement, dans la nature, plus de 70 % de leur temps. Les visons sont tellement stressés qu’ils sont agités de mouvements stéréotypiques, se blessant les pattes sur le sol grillagé. Ceux qui sont malades ne sont pas soignés.

Elégance douteuse


Pour One Voice, cet animal n’a pas à être sacrifié au nom d’une élégance douteuse. C’est pourquoi nous avons déjà par le passé engagé des actions contre ces élevages. Lors de son enquête, notre représentant a constaté qu’au début des années 90, quatre de ces établissements situés en Bretagne ont dû fermer, faute de débouchés. Voilà trois ans, nous avons réussi à empêcher le doublement de capacité d’un autre centre à Gumbrechthoffen en Alsace. Nous menons d’ailleurs toujours une action juridique, dans le but de le faire fermer.

Vu sur « France 5 »


« France 5 » a consacré, au mois de septembre 2003, une émission aux visons d’Europe, qui vivent à l’état sauvage et dont le nombre diminue en raison de l’introduction de visons d’Amérique destinés aux élevages qui parviennent à s’échapper. Muriel Arnal a été interviewée à cette occasion et a souligné la cruauté du monde de la fourrure.

-
------------
-
Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation
© One Voice
-
One Voice
23, rue du chanoine Poupard
BP 91923
44319 Nantes cedex 3
Tel: 02 518 318 10 - Fax : 02 518 318 18
info@onevoice-ear.org