--
 
  < Retour à la campagne Fourrure


La protection animale est à la mode

Version imprimable
-

Le mode de la mode apparaît souvent comme indifférent à celui de la protection des animaux. Il serait pourtant bien dommage de les opposer. Car, si à la faveur d'une campagne de promotion sans précédent, la fourrure est revenue sur le devant de la scène, de nombreux créateurs résistent et militent pour une mode sans cruauté.

-
Concours


C'est ainsi qu'à l'initiative de la Fur Free Alliance, dont One Voice est l'un des représentants en France, s'est tenu à Paris, en octobre 2003, une manifestation réunissant mode et protection animale, dans le cadre de la Semaine de la Mode de Paris. La FFA avait lancé en janvier 2003 un concours de création d'affiches, s'adressant aux élèves d'écoles d'art sur le thème : "La fourrure n'appartient pas au 21ème siècle". La cérémonie de remise de prix a eu lieu, le 14 octobre 2003, à l'hôtel Plaza-Athénée, en présence de la Princesse Catherine Aga Khan, marraine de la manifestation. C'est le projet « Taille 38 » du Français Nicolas Poitou, étudiant de l'institut de Saint-Luc de Tournai en Belgique, qui a remporté le concours.

Sélection


Sélectionnée parmi les créations de neuf finalistes au terme de présélections régionales qui ont eu lieu à New York, Milan et Londres, avec le concours des plus grands professionnels de la mode et de la publicité, cette production est l'une des 500 affiches conçues pour la première édition de ce concours auquel ont participé des centaines d'étudiants d'Amérique du Nord et d'Europe.

"Anachroniques"


La tenue de la cérémonie au Plaza-Athénée ne doit rien au hasard. C'est dans cet hôtel, il y a 15 ans, que la Princesse Catherine, présidente de la Fondation de Bellerive, et son défunt mari, le regretté Prince Sadruddin Aga Khan, avaient organisé leur première campagne contre le commerce de la fourrure. "J'ai porté de la fourrure dans le passé, jusqu'au jour où mes yeux se sont ouverts sur la torture causée par la frivolité, explique la Princesse. La mode est destinée à évoluer avec le temps, tout comme les perceptions morales, éthiques et esthétiques. C'est pourquoi l'industrie de la fourrure, et tous ceux qui persistent à la soutenir, sont autant cruellement anachroniques que leur produit est démodé."

 

Katherine Pradeau, créatrice engagée

La mode sait se conjuguer sans fourrure. Ainsi en octobre 2001, Katherine Pradeau, une jeune créatrice de talent, contacte One Voice pour proposer une collaboration à l'occasion de sa prochaine collection automne-hiver au printemps 2002. Aimant et respectant profondément les animaux, elle souhaite montrer et faire savoir qu'il est possible de créer des vêtements d'hiver beaux et chauds, sans avoir recours à la fourrure. One Voice lui fournit donc des badges contre la fourrure en français et en anglais, car les vêtements de Katherine Pradeau ont beaucoup de succès à l'étranger, notamment aux États-Unis et au Japon. Nous l'aidons aussi pour l'impression de ses invitations qui affichent le dessin du badge anti-fourrure et le logo de One Voice.

Générosité intéressée

Dans le milieu très compétitif de la mode, les jeunes créateurs ont bien du mal à trouver de l'argent. Profitant de la situation, certains organismes de promotion de la fourrure proposent aux jeunes créateurs des offres très alléchantes, à condition bien sûr que ces artistes utilisent de la fourrure dans leurs collections. Des propositions « d'aide », parfois difficiles à refuser, surtout quand elles sont leur principale source de financement.


-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice