--
 

Les grands singes ont des droits

Bonobos, chimpanzés, gorilles, orangs-outans, ces grands singes sont injustement persécutés. « Le projet grands singes » vise à leur reconnaître des droits en tant que personnes. Des droits simples tels que de pouvoir vivre librement sans avoir à connaître la torture.

Viande de brousse

Pour l’instant, il y a urgence. La déforestation détruit irrémédiablement l’habitat de ces grands singes. Certains estiment que d’ici à 2010, les orangs-outans pourraient s’éteindre. A cela vient s'ajouter une menace encore plus précise : la "viande de brousse". Les grands primates pourraient disparaître parce qu'ils sont mangés.

Langage des signes


Pourtant les études menées sur ces primates montrent qu’ils vivent dans des groupes très organisés, qu’ils sont capables de se projeter dans l’avenir, de parler et d’enseigner à leurs petits le langage des signes.
-

Le « Great Ape project » : créer une communauté des égaux
Les chimpanzés, gorilles, bonobos et orangs-outans se verraient reconnaître des droits en commun avec les hommes. Une perspective qui s’appuie maintenant sur des certitudes scientifiques.
> Lire
Le grande singe, à l’avant garde de la libération animale

> Lire
La déforestation ronge la Terre
La forêt primaire ne cesse de décroître sur la planète : 80% serait déjà partie en rondin et en fumée. Or, c’est l’habitat naturel des grands primates non humains, qui pourraient disparaître à leur tour.
> Lire
Planète bonobo
Longtemps confondus avec les chimpanzés, ces animaux ne cessent d’étonner les scientifiques par la complexité de leurs rapports sociaux, leur aptitude à régler les conflits et leur pratique de la sexualité.
> Lire

Des chiffres inquiétants
D’ici à 2010, il ne devrait plus il y avoir d’orangs-outans en liberté, les chimpanzés devraient connaître le même sort d’ici à une trentaine d’années. Quand aux bonobos, la destruction de leur habitat pourrait leur être fatale
.
> Lire

La viande de brousse transmettrait une maladie nouvelle
Une étude menée par une équipe américano-camerounaise, publiée dans le « New Scientist », montre que des chasseurs, mais aussi des consommateurs de grands singes sont infectés par un virus de la même famille que celui du SIDA.
> Lire

-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice