--
   
  < Retour à la campagne Ours en Asie

Inde : exploités pour le tourisme
Version imprimable
-

En Inde, il n’est pas rare que les touristes soient sollicités pour assister à des représentations de rue mettant en scène des « ours qui dansent ». Ces animaux n’exécutent pas les tours par plaisir. En fait, ils sont détenus de telle façon qu’ils sont contraints de se plier aux ordres de leurs dresseurs.

-
Traditions


On estime a plus de 1200, les ours à miel ainsi retenus par les membres de la tribu des Kalandars. Depuis le XVIème siècle, ces hommes ont pour tradition d’aller de ville en ville avec leurs ours pour gagner quelque argent en présentant leurs animaux. Bien qu’il existe en Inde depuis 1972, une loi de protection de la faune sauvage qui interdit de vendre des ours et qu’une autre condamne ces méthodes de dressage, cette activité perdure.

Capture

One Voice a mandaté un photographe afin qu’il enquête sur cette situation. Les images qu’il a rapportées de son séjour et son témoignage éclairent sur le triste sort fait aux ours. Il a ainsi pu en apprendre davantage sur les conditions de capture et de détention de ces animaux.

Braconniers

Pour obtenir un ourson, les braconniers attendent que l’ourse sorte de sa tanière pour chercher de la nourriture. Ils enlèvent alors le petit âgé de quelques jours. Si la femelle alertée par les cris, intervient, elle est aussitôt abattue. Le jeune, transporté dans un sac pendant de longues heures, est drogué à l’opium. Nombre d’entre eux meurent en chemin.

Tisonnier

Puis les oursons sont vendus aux Kalandars. À l’âge de 3 mois, les animaux subissent, sans anesthésie, une opération particulièrement mutilante : leur cavité nasale est percée avec un tisonnier chauffé à blanc pour y insérer une corde qui ressort par la narine. La plaie ne guérit jamais vraiment puisqu’elle est constamment avivée par le passage de la corde. C’est ainsi que les Kalandars s’assurent de l’obéissance de leurs ours. Ils ont trop mal pour résister.

Coups


Pour soulager sa douleur lorsque le dresseur tire brutalement vers le haut, l’ourson n’a pas d’autres choix que de se lever et d’exécuter tous les mouvements qui lui sont imposés. A force de coups sur sa blessure et sur ses pattes, il finit par accepter de balancer son corps, au rythme des tambours.
-

Crocs arrachés

Lorsque l’ours atteint l’âge de deux ans, ses détenteurs lui arrachent les crocs et brisent parfois sa mâchoire inférieure, afin d’être certains de ne pas risquer une morsure. Par ailleurs, les griffes sont arrachées, quant ce ne sont pas carrément les phalanges qui sont sectionnées. La liste des sévices infligés à ces ours ne s’arrête pas là : ils sont aussi castrés à vif.

Carences

Pendant l’été, sous une chaleur étouffante, sur les routes d’Agra, Jaipur et New Delhi, les ours effectuent de 20 à 30 kilomètres par jour pour rallier les villages. Les plaies infligées par ces marches forcées ne sont pas davantage soignées que les autres. Lorsque les représentations sont terminées, les ours sont peu alimentés. Ils développent des carences graves qui peuvent aller jusqu’à la cécité. A force de mauvais traitements et de privations, ces animaux ne vivent pas plus vieux que 8 ans en moyenne.
-

-

Les actions

Sauvetages

One Voice et l’association indienne Wildlife SOS se sont engagées dans un partenariat pour la gestion d’un sanctuaire qui a ouvert ses portes en décembre 2002, à 20 kilomètres d’Agra et avec le gouvernement de la province d’Utta Pradesh (région d’Agra où se trouvent la plupart des ours).
Les ours leur sont confiés volontairement ou sont saisis par la police. Les Kalandars se verront offrir une activité de reconversion financée par une association britannique. Avec tous ses partenaires, One Voice veillera à ce qu’aucun dresseur ne reprenne d’ours. L’objectif est la disparition progressive et définitive de cette pratique.

Information des touristes

Nous contactons les nombreuses agences de voyages en France qui proposent des séjours en Inde. Nous les informons sur les souffrances des ours et le caractère illégal de ces «spectacles». Nous leur demandons d’alerter leurs clients afin qu’aucun touriste ne donne plus d’argent aux montreurs d’ours.

-
-

Ce que vous pouvez faire

• Diffusez les tracts et les pétitions en faveur des ours en Chine, en Inde et au Pakistan.

• Si vous connaissez des agences de voyages, apportez-leur notre tract sur les ours en Inde et expliquez-leur le caractère illégal et immoral des spectacles d’ours. Demandez-leur de diffuser à leur tour cette importante information.


-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice