--
   
  < Retour à la campagne Ours en Asie


Gang de braconniers démantelé en Inde : 5 oursons sauvés
- Février 2005
Version imprimable
-

Les opérations anti-braconnage en Inde continuent de porter leurs fruits. Cinq oursons ont été sauvés, durant le week-end des 12 et 13 février 2005, lors d’opérations de police menées dans la ville de Hubli. Des interventions qui font suite à une enquête de trois mois menée par One Voice et Wildlife SOS et qui ont permis l’arrestation de sept trafiquants présumés.

-
Sept ans de prison

Les oursons, âgés de trois à cinq semaines ont été enlevés dans les régions forestières qui entourent Hubli. Les trafiquants projetaient de les vendre afin qu’ils deviennent des « ours qui dansent ». Après leur audition de dimanche, les prévenus ont été accusés d’infraction à la loi sur la protection des animaux sauvages. Ils encourent une peine maximale de sept ans de prison. Les cinq oursons, une femelle et quatre mâles ont été confiés aux autorités forestières de Karnataka, qui les ont remis à leur tour à One Voice et Wildlife SOS afin qu’ils rejoignent le refuge d’Agra, dans le nord de l’Inde.

Incisives arrachées


Les ours lippus vivent un peu partout en Inde et bien qu’aucun recensement officiel n’ait été pratiqué, One Voice estime leur population entre 5000 à 6000 individus. A ceux là il faut ajouter le millier d’ours captifs détenus par les membres de la tribu Kalandar, des nomades qui les présentent dans les rues. Ces « ours qui dansent » sont éduqués dès le plus jeune âge à être obéissants. Leurs incisives sont arrachées, leurs griffes coupées et une chaîne ou une corde est passée à travers leur museau afin de les garder soumis.

Mères tuées


De précédentes enquêtes de Wilflife SOS et de One Voice ont montré que tous ces ours captifs ont été prélevés illégalement dans la nature, alors qu’ils n’étaient âgés que de quelques semaines. Les chasseurs, qui agissent dans des zones tribales reculées, localisent les tanières des mères et attrapent les petits lorsqu’elles partent chercher de la nourriture. Si d’aventure, elles surprennent les voleurs et défendent leurs petits, elles sont tuées.

« Vie de misère »


« C’est la seconde année d’affilée que nous avons infiltré des gangs qui capturent et vendent des oursons, explique Kartick Satyanarayan qui dirige Wildlife SOS. Année après année nous tentons de mettre un terme à un trafic qui a décimé les ours lippus et conduit ces animaux à une vie de misère. »

Gros comme un chiot


Un des oursons rescapés, âgé environ de trois semaines, est à peine plus gros qu’un chiot et suce constamment les doigts du docteur Kajal Jadav. « Nous n’en avions jamais vu de si petit auparavant. Il a dû être capturé seulement quelques jours avant l’intervention de la police », souligne le docteur Jadav.

Régime adapté


Les nouveaux arrivants ont rejoint les 70 ours déjà présents dans le sanctuaire des ours d’Agra. La plupart sont des ours adultes qui ont été rendus par des Kalandars en échange d’une reconversion professionnelle. Sept oursons, qui avaient été saisis lors d’opération de police en janvier 2004 sont maintenant âgés d’un an et sont aussi forts qu’un homme adulte. Au cours des quatre prochains mois, les cinq nouveaux arrivants seront nourris avec un régime à base de lait pour chat, aliment qui se rapproche le plus du lait d’ourse.

« Mission cruciale »


Les oursons passeront probablement toute leur vie dans le centre, partageant les enclos avec d’autres ours. Le projet prévoit, dans les futures années, de les relâcher dans la nature, dans des parcs protégés. Ces enquêtes anti-braconnage sont menées dans cinq états de l’Inde. Elles mobilisent un réseau d’agents qui infiltrent le milieu des trafiquants. One Voice finance l’ensemble de ces opérations. « Cette unité anti-braconnage est en première ligne sur le front de la protection des animaux sauvages, c’est pourquoi nous la soutenons, indique Muriel Arnal, sa présidente. Sa mission est cruciale pour préserver les ours en Inde. »


-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice