--
 
  < Retour à la campagne Poissons

Ils souffrent aussi
Version imprimable
-

Les poissons sont souvent les grands oubliés de la protection animale. Pourtant, ils sont confrontés, comme les autres animaux, à divers problèmes tels que l’élevage industriel ou la pollution.

-
Douleur prouvée


Tout comme les humains et les autres animaux, les poissons souffrent .Les chercheurs du Roslin Institute de l’université d’Edimbourg, dirigés par le Dr Lynne Sneddon, ont injecté du venin d’abeille et de l’acide acétique dans les lèvres de certains poissons, des truites, pour étudier leur réactivité à l’injection de substances nocives.
Les poissons ont réagi. Ils ont sur la tête des capteurs de nociception, des récepteurs à la douleur, identiques à ceux des amphibiens, des oiseaux, des mammifères non humains et humains.

Pêche au large


Des milliards de poissons sont prélevés pour le commerce agroalimentaire. Prisonniers des filets, ils meurent de suffocation ou d’écrasement. Arrachés à leur élément, le frottement laisse leurs flancs à vif et la décompression fait exploser leur vessie natatoire, sortir leurs yeux des orbites, l’œsophage et l’estomac de la bouche. Beaucoup sont vidés encore vivants.

Les poissons, les mers et les océans sont surexploités par la pêche intensive. La consommation de poisson ne cesse de croître (de 17,6 kg en 61 à 26,6 kg en 96 par habitant par an, au niveau mondial) et le désastre environnemental de s’accentuer.

Elevages


Sous prétexte de solution aux problèmes écologiques et à la faim dans le monde, malgré les leçons encore récentes de la vache folle, par exemple, les élevages industriels fleurissent. Et les maladies avec.
Les poissons, agglutinés dans des espaces étroits, surnagent dans des nids à maladies. Ils sont maintenus en sursis avec une quantité massive de médicaments et d’antibiotiques. Substances qui se retrouvent ensuite dans l’alimentation humaine. Et ils sont nourris avec d’autres poissons, ce qui accentue la disparition des espèces sauvages (il faut entre cinq et vingt kilos de poissons pêchés pour nourrir un poisson d’élevage d’un kilo).

Loisir


La pêche de loisir fait mal. Les hameçons perforent les chairs. La douleur est si vive que les poissons se débattent désespérément. Une fois capturés, ils sont jetés à terre ou relâchés. Mais ceux qui sont relâchés repartent parfois avec l’hameçon accroché aux branchies ou aux organes intérieurs, s’ils l’ont avalé. Ils ne peuvent plus s’alimenter ni se déplacer.

Parmi tous ces poissons condamnés au loisir des pêcheurs, des millions sont issus de la reproduction artificielle. Perdus, dégénérés, ils ne savent même plus se protéger.

Bocal


Ils sont des millions à tourner sans cesse dans leur bocal, souffrant d’ennui ou de stress. Le plus souvent, le « poisson rouge » n’a pas les conditions de vie dont il aurait besoin, ni l’alimentation qui lui convient. Quant aux poissons « exotiques », si certains proviennent d’élevage, d’autres sont pris dans la nature, ce qui a des répercussions sur la bio-diversité.


-
Inviter un ami sur cette page

Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation

© One Voice