www.onevoice-ear.org

Une action positive pour l’environnement


Le mode de vie végétarien consomme moins de ressources naturelles et préserve notre environnement. On ignore trop souvent les incidences de l’élevage sur la nature.

-
• Pourtant en sursis, l’eau potable est gaspillée par l’élevage. Il faut 20000 litres d’eau pour produire un kilo de viande et seulement 48 litres d’eau pour produire un kilo de céréales. 70% de la consommation d’eau potable est consacrée soit directement à l’élevage, soit aux cultures des grains destinés aux animaux d’élevage.

• Les rejets de l’élevage causent énormément de pollution : rivières, nappes phréatiques, sources, littoraux… Par exemple, les agriculteurs ont annoncé qu’en Bretagne où sont concentrés la moitié des porcs français (14 millions), 60% des sources d’eau seront polluées en 2005. Avec les fientes des élevages de volailles, c’est l’équivalent d’un pétrolier entier déversant une "marée brune" par jour ! Les Bretons utilisent de l’eau minérale, mais qu’en est-il de l’industrie alimentaire locale et des cultures maraîchères ?

• De nombreuses espèces sont menacées à cause de la surpêche. Les filets des énormes chaluts ratissant les océans détruisent tout sur leur passage. La dimension de l’ouverture d’un chalut pélagique peut atteindre 33000 m2. La plupart des espèces de poissons que nous mangeons sont en voie de disparition. Par exemple, 90% des cabillauds (ou morues) capturés sont trop jeunes pour se reproduire. Le déséquilibre écologique qu’entraîne la pêche est dramatique. Le biologiste William Montevecchi souligne : "Nous assistons à une migration de masse d’animaux affamés." La reproduction des oiseaux de mer diminue de 75% et les scientifiques signalent des baleines faméliques errant à la recherche de nourriture (La Fin du poisson, rapport de Greenpeace). Protéger les baleines du harpon c’est bien. S’assurer qu’elles ne meurent pas de faim, c’est bien aussi.
Cela est d’autant plus scandaleux que les animaux élevés en batterie sont nourris des farines de poissons pêchés spécialement pour eux.

• Et il y a la déforestation. Ces vingt dernières années, 80% des forêts vierges du Costa Rica ont disparu pour laisser place à de l’élevage de bovins. Principaux propriétaires: des grands noms du fast food...
L’Amazonie perd chaque année une superficie d’environ cinq millions d’hectares défrichés pour des pâturages écologiquement inadaptés aux sols tropicaux et qui ne durent guère plus de huit ans. Les brûlis dégagent des gaz très nocifs participant au réchauffement global de la planète, le fameux effet de serre.
Un hectare de forêt pluviale primaire peut supporter environ 800 000 kilos de plantes et d’animaux. Quand le même hectare a été dégagé à nu et semé d’herbe à pâturer, il ne produit tout au plus que 200 kilos de viande par an pendant 5 ans – assez de chair pour 1600 hamburgers. Voilà comment on peut "manger" des toucans, des tapirs et l’oxygène de la planète sans le savoir !

• Un milliard 300 millions de bovins sur la planète, à eux seuls, émettent 60 millions de tonnes de méthane chaque année. On considère que le trou de la couche d’ozone est dû pour 28% à l’élevage.

-
------------
-
Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation
© One Voice
-
One Voice
23, rue du chanoine Poupard
BP 91923
44319 Nantes cedex 3
Tel: 02 518 318 10 - Fax : 02 518 318 18
info@onevoice-ear.org