www.onevoice-ear.org

Un geste de solidarité pour le Tiers-Monde


Être végétarien, c’est aussi penser aux enfants qui meurent de faim. Une triste réalité souvent ignorée des rapports Nord-Sud, c’est que le tiers-monde s’appauvrit en produisant du bétail pour l’exportation ou en cultivant des aliments qui serviront à nourrir les animaux de boucherie des pays riches.

-
• Que la viande soit exportée ou consommée sur place, il y a mauvaise rentabilité des faibles ressources en eau et en végétaux de ces pays très pauvres. L’Éthiopie, comme beaucoup de pays du tiers-monde, produit du bœuf pour l’exportation. Les bœufs sont nourris avec des céréales qui font cruellement défaut aux populations locales ; cette aberration existait même pendant les grandes famines (Meat Trades Journal, 1988). Les multinationales du "corned-beef" se sont approprié les meilleures terres et en ont chassé les populations… Les productions vivrières traditionnelles sont pourtant bien mieux adaptées aux conditions locales.

• D’autres pays pratiquent à tort l’exportation déséquilibrée de leur grain vers l’Occident. Le Brésil, par exemple, exporte le quart de son soja pour des animaux de ferme.

• Ce gâchis de protéines n’existe pas que dans les pays pauvres. Pour alimenter leurs animaux d’élevage, les États-Unis utilisent 160 millions de tonnes de grains : 70% de leur production nationale !
Et pourtant, toutes les prévisions s’accordent à reconnaître que les céréales ne seront bientôt plus produites en quantité suffisante pour la population humaine. (Lester R. Brown, L’État de la Planète, 1994, Worldwatch Institute.)
Chaque jour, 50000 enfants meurent de faim dans le monde. Produire un kilo de viande de bœuf nécessite 16 kilos de céréales, lesquelles seraient consommables directement.

-
------------
-
Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation
© One Voice
-
One Voice
23, rue du chanoine Poupard
BP 91923
44319 Nantes cedex 3
Tel: 02 518 318 10 - Fax : 02 518 318 18
info@onevoice-ear.org