page d'accueil | page précédente

Menaces sur les esturgeons


L’actualité étant aux menus de fête, One Voice se doit de vous informer de l’envers du décor du caviar, bien peu festif pour les poissons qui "donnent" leurs œufs. C’est encore un dossier où l’on peut allier protection de la nature (espèces en danger) et protection animale (animaux qui souffrent).

Une nouvelle étape dans l’extermination

Sur le premier point, voici des extraits d’un excellent article du N°32 de La Flèche, la revue de l’association Robin des Bois. Dans "Les ors noirs de la Caspienne", on apprend que cette mer intérieure d’où provient la majorité du caviar de la planète est de plus en plus polluée : exploitations de pétrole et de gaz, déchets toxiques et un surgénérateur nucléaire en prime !

"Prélude à l’an 2000, Noël 1998 risque d’être une étape supplémentaire dans l’extermination des esturgeons et dans la dégradation de la qualité du caviar. Au nom de la démocratisation alimentaire et du droit de l’homme à manger ce que bon lui semble, Leclerc, Carrefour et les autres vont continuer à positiver le caviar, aux alentours de 300 F les 100 g. La contamination croissante de l’environnement affecte toutes les populations d’esturgeons de la Caspienne. Sont constatées des modifications importantes de l’équilibre hormonal, et l’apparition de tumeurs au foie et sur les organes sexuels.

Par voie de conséquence, les œufs des femelles qui composent le caviar sont soumis à des dégénérescences. À ces troubles internes induits par l’accumulation des pollutions s’ajoutent les causes externes, essentiellement la réduction, voire la disparition des aires disponibles pour la reproduction. Le marché du caviar est inondé par une grande quantité de caviar d’esturgeons du Danube, de très mauvaise qualité fabriqué à partir d’œufs de femelles immatures. Les conditions sanitaires de la préparation et du conditionnement des œufs en Europe de l’Est sont déplorables. (…) Les quelques centaines de kilos produits par la coopérative "Caviar d’Aquitaine", à partir d’esturgeons sibériens capturés, représentent une goutte d’eau dans la Caspienne; une expérience dont l’équilibre économique n’est pas prouvé et qui soumet les poissons aux vaccinations, traitements antibiotiques et antibactériens habituels des batteries piscicoles. (…) "

Le commerce devrait être interdit

Et, en conclusion : " Alors qu’en privé tous les experts reconnaissent que le commerce international devrait être interdit, l’esturgeon est victime d’un paradoxe létal : il s’amenuise et disparaît, et le marché du caviar s’étend aux circuits de la grande distribution."

Robin des Bois signale aussi que la compagnie Air France en a commandé 20tonnes l’année dernière. Ce caviar n’était sans doute pas destiné aux singes qu’Air France transporte toujours vers les laboratoires d’expérimentation…

Apportons maintenant la touche "protection animale" : savez-vous comment est extrait cet or noir en perles chez les trois espèces d’esturgeons concernées ? Sans attendre que les femelles pondent, on les capture pour les ouvrir au couteau, alors qu’elles sont encore vivantes. Mais comme chacun sait, les poissons ne crient pas, donc ils ne souffrent pas ! Comme il est dit dans les pubs, le caviar est décidément "ludique et festif".



page d'accueil | page précédente