page d'accueil | page précédente

Saumons: en disparition et en accroissement !


Voici un an, nous vous expliquions pourquoi manger du saumon était à la fois une grave atteinte à l’environnement et aux poissons eux-mêmes: on oublie si souvent de les considérer comme des êtres vivants.

Cette année, les nouvelles sont alarmantes. En juin, une conférence internationale au Canada a constaté que le saumon sauvage de l’Atlantique se meurt : ceux qui frayaient dans les rivières nord-américaines ont diminué de 90% en 25 ans !

En revanche, les saumons d’élevage augmentent en nombre et en taille. La firme A/F Protein Inc. annonce pour avril prochain la commercialisation des premiers super-saumons génétiquement modifiés : après transfert d’un gène stimulant la synthèse d’hormones de croissance, ils atteindraient en 18 mois cinq fois la taille des congénères "naturels" ! Les chercheurs auraient progressé, créant moins de monstres difformes que lors des premières expériences – bravo! Mais si ces saumons s’échappent lors de tempêtes – c’est fréquemment le cas –, ils peuvent être une nouvelle menace pour la survie de l’espèce sauvage.

Par ailleurs, cet été, un ancien inspecteur norvégien des pêches, Odd Lindberg, a révélé que les saumons élevés dans les bacs métalliques de leurs fjords étaient aussi soumis à des manipulations génétiques, qu’ils regorgeaient de parasites et bactéries, et absorbaient des antibiotiques cancérigènes en plus de leurs granulés aux farines animales…

L’Écosse, elle, annonce une nouvelle maladie, le syndrome de cardiomyopathie, provoquant des défaillances cardiaques chez les saumons. Il paraît que ça ne serait pas dangereux pour l’homme… et pas transmissible aux autres poissons sauvages… On est en droit d’en douter en notant les propos d’un spécialiste de Pennsylvanie, le Dr Roger : "Il n’y a aucun traitement connu parce qu’en fait nous ne savons pas vraiment à quoi nous avons à faire…"

Les Français, eux, consomment annuellement 4000 tonnes de saumons sauvages et 475000 tonnes provenant d’élevages. Bon appétit…


page d'accueil | page précédente