page d'accueil | page précédente

Et pourquoi pas une dinde à Noël ?


Parce que ! Oui, on vous a déjà dit : "Pas de foie gras, plus jamais…", et on pourrait aussi vous parler des femelles esturgeons, éventrées vives pour le caviar, mais il est normal de vous parler de la dinde, plat bien traditionnel. Heureuses, les dindes avant le couteau et votre plus beau service en porcelaine ? Oh non, pas de vie de "coqs en pâte" pour les malheureuses qui sont en fait des malheureux : moitié mâles, moitié femelles, avec séparation au milieu du hangar. Ici, il y en a 35 000, soit 3,5 par mètre carré, et vous voyez sur les photos ce que ça donne, en tenant compte du fait qu’elles vont grossir encore. Eh bien c’est du luxe, car la densité peut monter, tout à fait légalement, jusqu’à 8 !

Une grande pénombre, de l’eau et de la nourriture à volonté - pour mieux faire leur malheur. Et rien à faire, rien à voir, sinon les autres et les murs. Si on veut se coucher, on se couche… dans les déjections de tout le monde - l’abdomen est petit à petit brûlé par l’ammoniaque. Nous l’avons vu de nos yeux ; l’éleveur a même soulevé les plumes d’une dinde comme s’il n’y avait rien à observer. Une atmosphère irrespirable, avec plein de débris de plumes et des poussières de fientes en suspension dans l’air - ça se voit même sur les photos au flash ! Une monotone nourriture pour ces gallinacés stupides, et des gentils antibiotiques (avoparcine sur les étiquettes dans ce cas-là) pour les consommateurs tout aussi stupides. Ainsi que de la méthionine et des "farines d’animaux terrestres" !

Seize semaines de ce régime avant la première sortie : le voyage vers l’abattoir (on ne vous raconte pas les péripéties de la capture et de la mise en caisse par une bande de joyeux éleveurs pressés et ne débordant guère de soin pour les pauvres bêtes qu’ils manipulent !), et c’est presque tout ce qu’il y a à dire, moins une foule de détails atroces sur le stress. Alors, miam miam ? Pouvez-vous encore concilier les marrons de la recette de grand-mère avec cette existence du genre "Père Tordu" ?

P. S. : Est-il utile de vous rappeler que les conditions de vie des poulets de chair, c’est ça en pire ?



page d'accueil | page précédente