Accès direct aux

Attention : site en travaux
Merci de votre compréhension

Origine et historique
Notre mission
Actions menées
Rejoignez nous
Dons et legs
Délégués régionaux

Produits non testés
Enquêtes publiques
Pétitions à imprimer
Tracts et dépliants
Espace enfants

 


Adoptez, n'achetez pas

Il est difficile de résister à ce "gentil p'tit chien dans la vitrine". Pourtant, ceux qui aiment les animaux et sont à la recherche d'un compagnon devraient ne jamais s'approcher des animaleries et de certains éleveurs. Le commerce des animaux de compagnie est cruel sous bien des aspects.



D'où viennent les chiens et les chats vendus par les éleveurs et les animaleries ?

Ils sont souvent originaires d'élevages concentrationnaires où les femelles sont traitées comme de vulgaires machines à chiots ou à chatons. Enfermées dans des arrières-bâtiments de ferme - parfois plus de 100 chiennes dans un hangar -, des caves ou des cages insalubres, avec manque de nourriture et absence de soins, elles finissent tuées ou vendues à des laboratoires. Une fois grands, les bébés qui n'ont pas trouvé preneur subiront un sort identique - même chez les particuliers que la loi autorise à être "fournisseurs occasionnels" pour l'expérimentation animale. Se disant éleveurs amateurs, de nombreux particuliers saturent aussi le marché pour arrondir leurs fins de mois. Il s'agit en fait d'élevages clandestins dont les conditions sont parfois loin d'être acceptables. One Voice a découvert une femelle de braque qui devait élever ses chiots enfermée dans un placard ! Il existe toutefois des éleveurs professionnels sérieux, et il est facile de les reconnaître : ceux-là ne proposent qu'une ou deux races correspondant à leur spécialité. Mais attention à la confusion avec certains "amateurs douteux" qui font de même.

Le développement des élevages industriels

De plus en plus de chiots et de chatons arrivent par camions des pays de l'Est chez des "éleveurs-vitrines". Après la séparation précoce d'avec leur mère - qui, elle, reste dans l'enfer des élevages intensifs - et un voyage harrassant, parfois de milliers de kilomètres, ils parviennent en France où leurs prix très bas procurent de gros bénéfices, même avec une mortalité élevée. Et personne ne se doute de leur provenance, ni de l'enfer entretenu par le commerce de ces animaux si mignons.

Acheter un animal dans un élevage ou un animalerie n'est pas une bonne action

L'argent mis dans ce circuit contribue chaque fois au malheur de centaines d'autres animaux : ceux qui vivent dans les élevages industriels cachés du public et ceux qui, trop nombreux, finiront euthanasiés dans les refuges. Il n'y a que deux solutions à la surpopulation : l'euthanasie de millions d'animaux, comme c'est le cas chaque année en France, ou la régulation des naissances et du commerce. Alors, si vous aimez vraiment les animaux, allez en adopter dans un refuge. Et si vous souhaitez absolument un animal de race, certains refuges en auront sans doute et sinon, il vous est possible de contacter le club de la race en question et d'adopter un animal abandonné chez eux. "Le fait que mon chien m'aime plus que je ne l'aime... me remplit toujours d'un sentiment de honte." (Pr Konrad Lorenz - Prix Nobel)

Accès aux autres articles de cette catégorie