Accès direct aux

Attention : site en travaux
Merci de votre compréhension

Origine et historique
Notre mission
Actions menées
Rejoignez nous
Dons et legs
Délégués régionaux

Produits non testés
Enquêtes publiques
Pétitions à imprimer
Tracts et dépliants
Espace enfants

 


Pour un gel des élevages porcins et avicoles (printemps 2000)

Comme nous le signalons lors de nombreuses enquêtes publiques dans lesquelles One Voice intervient, en plus de l’exploitation animale et de la pollution, il nous semble totalement absurde d’autoriser l’ouverture ou l’extension d’élevages dont le secteur est en crise de surproduction.

Le rapport Perrin commandé par le ministère de l’Agriculture en mars 1999 préconise la fermeture de 600 à 700 élevages de poulets de chair afin de sortir de la crise; et pourtant les préfectures continuent à autoriser l’ouverture ou l’extension de plusieurs dizaines d’élevages.

Les élevages de porcs sont dans le même cas avec en plus une augmentation significative des régularisations. Ce qui sous-entend que trois élevages sur quatre ont un nombre d’animaux supérieur à celui autorisé. Les préfectures régularisent ces élevages sans même exiger une dépollution des sites. Fait marquant, bien que discret : le 29 octobre 1999, la Commission européenne a décidé de porter plainte contre la France devant la Cour européenne de justice pour non-respect de la directive "Nitrate".

Nous vous invitons donc à écrire à M. Jean Glavany – ministre de l’Agriculture (78, rue de Varenne – 75007 Paris) afin de lui demander le gel de toute ouverture ou extension d’élevages intensifs dont la filière est en crise de surproduction, et la dépollution des sites avant toute régularisation.

Par ailleurs n’hésitez pas à nous envoyer tous les avis d’enquêtes publiques qui sont publiés dans les annonces légales de vos quotidiens et à y intervenir vous-même. Nous remercions à ce propos tous ceux qui ont envoyé des lettres contre les différents projets que nous leur avons communiqués. Nous vous en donnerons les résultats en juin.

Selon Ouest France, 98% des enquêtes publiques reçoivent un avis favorable, mais dans tous les cas, le commissaire enquêteur est obligé de motiver sa décision et le demandeur de rédiger un mémoire en réponse. C’est un moyen de faire remonter nos revendications auprès du monde agricole et de l’Administration. Ces réponses et arguments sont souvent fantasques et de mauvaise foi. Elles méritent souvent une plainte, que One Voice a déposée pour plusieurs élevages, pour non-respect de la législation sur les installations classées.

Franck Schrafstetter



Accès aux autres articles de cette catégorie