Accès direct aux

Rechercher


 

Retour à l'accueil

Origine et historique
Notre mission
Actions menées
Rejoignez nous
Dons et legs
Délégués régionaux
Produits non testés
Enquêtes publiques
Pétitions à imprimer
Tracts et dépliants
Espace enfants
Bannières web




Coalition Européenne pour mettre fin à l'Expérimentation Animale

NEWSLETTER
pour les adhérents
 
S'identifier

 

Document publié le 14 octobre 2002

L'Europe le reconnaît - Foie gras : les animaux malades du gavage

Le gavage, qu'il soit manuel ou, pire, industriel provoque des lésions graves chez les animaux qui le subissent. La Commission européenne s'est déjà saisie du sujet. Mais pour l'instant, rien n'a changé. Certes, une directive 98/58/CE du 20 juillet 1998 prévoit que « Les États membres adoptent les dispositions pour que les propriétaires ou détenteurs prennent toutes les mesures appropriées en vue de garantir le bien-être de leurs animaux et afin d’assurer que lesdits animaux ne subissent aucune douleur, souffrance ou dommage inutile ».

Dommages inutiles

Ce texte s’applique à tout type d’élevage, y compris ceux d’oies et de canards en vue de gavage. Il est même souligné en annexe que « aucun animal n’est alimenté ou abreuvé de telle sorte qu’il en résulte des souffrances ou des dommages inutiles et sa nourriture ou sa ration de liquide ne doit contenir aucune substance susceptible de lui causer des souffrances ou des dommages inutiles ».

Cependant, la portée de la directive est limitée par le fait que les États peuvent passer outre, si leur législation le permet. Autrement dit les intentions sont bonnes, mais demeurent au stade des intentions.

Pourtant, depuis le 16 décembre 1998, la Commission européenne dispose d’un rapport édifiant, établi par le Comité scientifique sur la santé et le bien-être des animaux, portant sur les conséquences du gavage.

Fractures

Il y est souligné que les oies ou canards n’apprécient guère leur triste sort. Bien qu’entravés, ils tentent d’échapper à la main de leur gaveur. Ils veulent éviter qu’un tube ne soit enfoncé dans la gorge, ce qui provoque trop souvent des lésions à leur oesophage. Contraints d’ingurgiter des quantités considérables de nourriture, ils ne peuvent bientôt plus se porter. Les canards souffrent ainsi souvent de fractures de leurs pattes.

Aujourd’hui, outre la France principal producteur et consommateur de foie gras, les deux autres pays concernés sont la Belgique et l’Espagne. En conclusion de son rapport, le comité ne mésestime pas l’impact financier de cette pratique. Il ne demande pas l’interdiction pure et simple du gavage, craignant que cela ne conduise à l’émergence d’un marché noir. En revanche, il réclame, au minimum, que le gavage industriel avec des machines soit prohibé. Pour l’instant, le rapport est demeuré sans aucune suite.

M. S.

Version imprimable

Accès aux autres articles de cette catégorie