Accès direct aux

Rechercher


 

Retour à l'accueil

Origine et historique
Notre mission
Actions menées
Rejoignez nous
Dons et legs
Délégués régionaux
Produits non testés
Enquêtes publiques
Pétitions à imprimer
Tracts et dépliants
Espace enfants
Bannières web




Coalition Européenne pour mettre fin à l'Expérimentation Animale

NEWSLETTER
pour les adhérents
 
S'identifier

 

Document publié le 14 octobre 2002

One Voice s'oppose à un projet de laboratoire (Automne 2001)

Mener des campagnes, dénoncer les scandales, motiver le public pour la cause animale, c’est le travail quotidien de One Voice, mais c’est sur le terrain que ce travail trouve sa vraie légitimité. La dernière enquête que nous venons de mener en est la plus belle illustration.
Au mois de juin dernier, un habitant de l’Indre alerte One Voice pour nous signaler le projet de création d’un grand laboratoire d’expérimentation animale dans sa région. À l’origine de cette sordide entreprise, un vétérinaire qui dirige déjà deux centres de vivisection aux pratiques inqualifiables. Aussitôt, notre équipe se lancent. Direction Chalais: le laboratoire du Grand Balabran dirigé par le docteur Pollet qui expérimente des médicaments et des produits chimiques.

Enquête

Ce que nous allons découvrir dépasse les limites de la cruauté et du cynisme. L’expérimentation animale est toujours révoltante. Mais dans ce cas précis, vous allez voir que les tortionnaires d’animaux, qui agissent souvent sous le fallacieux prétexte de servir l’humanité, n’hésitent pas, pour gagner toujours plus d’argent, à mettre en danger la santé d’autrui. Là, dans une ferme, des cochons, des chats et des chiens subissent le martyre. Sur un lieu-dit voisin, ce sont des poulets, des vaches et des veaux. D’après les déclarations d’anciens salariés et des autorités compétentes, les expériences seraient pratiquées là dans toute leur horreur. Des chiens auraient subi des tests de castration chimique par injection dans les testicules et auraient été laissés sans soin ensuite. Après avoir été expérimentés, les poulets auraient été saignés et mis dans un sac poubelle, agonisant de longues heures les uns sur les autres. Certains auraient été vendus pour la consommation humaine après les tests, ce serait également le cas des cochons, parfois tués à coups de masse. Des prélèvements de muscles sembleraient avoir été effectués sur des veaux et des dindes sans anesthésie. Les veaux naissants de vaches expérimentées seraient entrés eux aussi dans le circuit alimentaire.

Le projet

Le docteur Pollet envisage de créer à Chaillac un vaste laboratoire, remplaçant les deux centres existants. Plusieurs habitants de la région se sont déjà mobilisés contre le projet à l’étude à la chambre de commerce de Châteauroux. One Voice continue ses investigations et a déposé une plainte en justice. Nous ne sommes pas seuls. La Direction des Services Vétérinaires, qui soupçonne le docteur d’avoir trafiqué des bons d’équarrissage pour écouler les animaux, a transmis le dossier au procureur de la république.

Ce que vous pouvez faire

• Le projet semble très compromis, mais n’hésitez pas à commander notre pétition et, surtout, à envoyer un courrier courtois au préfet de l’Indre (Mme Anne Boquet, Préfecture, place de la Victoire et des Alliés, 36000 Châteauroux) pour lui demander d’investir durablement, dans un laboratoire qui utilise les tests substitutifs à l’animal. • Vous pouvez également soutenir le travail d’enquêtes de One Voice contre la vivisection à l’aide du bulletin joint à ce journal. Merci beaucoup.

Témoignage

Les hurlements desquels se dégage une souffrance absolue, voici ce qui frappe aux abords du site. Ils ne cesseront pas tout le temps de notre présence sur les lieux. Puis, l’odeur de la peur et de la mort. Des chiens accourent vers nous pour chercher des caresses, un regard. Certains restent en arrière, terrorisés. Leur âge laisse imaginer qu’ils sont là depuis des années, dix ans peut-être. D’autres sont très jeunes, six mois à peine. Des femelles ont visiblement eu de nombreuses portées. On aperçoit les chats, des abyssins pour la plupart. Ils sont très prisés par les vivisecteurs. Leur silence en dit long sur l’enfer qu’ils subissent. Muriel Arnal

Version imprimable

Accès aux autres articles de cette catégorie