Accès direct aux

Rechercher


 

Retour à l'accueil

Origine et historique
Notre mission
Actions menées
Rejoignez nous
Dons et legs
Délégués régionaux
Produits non testés
Enquêtes publiques
Pétitions à imprimer
Tracts et dépliants
Espace enfants
Bannières web




Coalition Européenne pour mettre fin à l'Expérimentation Animale

NEWSLETTER
pour les adhérents
 
S'identifier

 
Magazine > GRANDS SINGES

Une lueur au dessus du fossé entre eux et nous

«Eux», l es chimpanzés, les gorilles et les orangs-outans sont les grands singes non humains. «Nous », nous sommes les grands singes humains. Un fossé nous sépare. Un fossé de plusieurs millions d’années. Il est d’abord apparu géologiquement, en Afrique orientale. Dans un fracas volcanique, le Rift africain a laissé les grands singes non humains à l’Ouest avec les montagnes et les forêts humides, et à l’Est les australopithèques, les grands singes humains, avec la savane plus sèche.

Un mouvement tectonique était à l’origine de ce fossé. Aujourd’hui ce sont les intérêts des hommes. Car ce « rift » est devenu mental, se creusant de plus en plus, devenant un gouffre,installant «l’apartheid ». Avant que nous ne fassions disparaître les grands singes et les forêts primaires, aurons-nous la force morale de « repasser le rift », d’aller vers eux et de continuer notre voyage dans le temps pour comprendre notre passé et assurer le futur de la planète ?

D’UN CÔTÉ DU FOSSÉ, «EUX» PARLENT D’AMOUR, PRATIQUENT LA COMPASSION ET CÉLÈBRENT LA LIBERTÉ…

LIBERTÉ ET FRATERNITÉ CHEZ LES CHIMPANZÉS

KUNI, une bonobo d’un zoo en Angleterre, après avoir capturé un petit étourneau, le posa à terre. Voyant que l’oiseau pétrifié de peur, bien qu’indemne, restait à même le sol, elle le prit et tenta de le faire voler. L’étourneau retomba. Kuni grimpa alors à la cime d’un arbre, déplia avec soin les ailes de l’oiseau et le projeta hors de son enclos. L’étourneau sain et sauf s’envola. Kuni lui avait redonné la liberté. Le Dr Teleki, professeur d’anthropologie, raconte une soirée sur les collines de Gombe qui a complètement changé son regard. Alors qu’il contemplait un coucher de soleil, il vit deux chimpanzés mâles avancer l’un vers l’autre, et se secouer la main en hochant la tête. Puis ces mêmes chimpanzés sont venus s’asseoir près du docteur Teleki et ont contemplé le coucher du soleil avec lui. Ce qui lui fit dire : « En cette soirée […] j’avais vu mon espèce dans la peau d’une autre. »

Conversations avec Koko «l’excellente gorille »

Lorsqu’on a demandé à Koko, une gorille des plaines qui a appris le langage des signes avec Francine Patterson, de se définir, Koko a répondu: « Animal excellent gorille. » En effet, voici ce qu’elle dit…

Maureen Sheehan, assistante de recherche :

Quelle différence y a-t-il entre toi et moi ? * K: Tête (Koko se frappe la tête plus fort qu’un humain ne pourrait le faire). MS: Maintenant, peux-tu citer une chose qui est la même ? K: OEil. MS: Oui, c’est vrai, nous avons toutes les deux des yeux. K: Amour. (Un de ses professeurs lui demanda un jour :) « À quel âge meurent les gorilles ? », elle signa «Problème, vieux ». (Il l’interrogea encore :) « Où vont les gorilles lorsqu’ils meurent ? » Koko répondit « Trou confortable au revoir ». (Personne ne lui avait jamais parlé d’enterrements.) Koko plaisanta un jour avec Barbara Hiller qui lui montrait l’image d’un oiseau nourrissant un petit. K: Ça moi (montrant l’oiseau adulte). BH: Est-ce vraiment toi? K: Koko oiseau bon. BH: Je croyais que tu étais un gorille. K: Koko oiseau. BH: Peux-tu voler ? K: Bon (Bon peut vouloir dire oui). BH: Montre-moi. K: Faux oiseau, clown (Koko rit) Koko gorille. Elle aurait dernièrement manifesté le désir d’avoir un enfant auprès du Dr Patterson qui a dit : « Oui vraiment ce sont d’excellentes personnes, les gorilles. » * Dialogues extrait du livre Great Ape Project par Paola Cavalieri et Peter Singer, éditions Fourth Estate

Ingénieux «homme de la forêt »

Dans leur milieu naturel, les orangs-outans construisent des abris et des outils. Ils sont réputés en captivité pour être d’habiles « bricoleurs », en particulier lorsqu’ils manipulent le fil de fer, le tournevis et les verrous pour reprendre leur liberté. Par exemple, des orangs-outans qui remarquent un tournevis l’ignorent devant le gardien. Ils attendent la nuit, utilisent l’outil pour crocheter les serrures ou démonter la cage, et s’enfuient. Chantek, qui a appris le langage des signes avec le Dr Lyn Miles, vola un jour une gomme. Il prétendit l’avoir avalé en signant « manger ». En réalité il avait dissimulé la gomme dans sa joue, car elle fut retrouvée dans sa chambre. Les grands singes se parlent à eux-mêmes, ou conversent aussi entre eux dans le langage des signes. Loulis, l’enfant adoptif de Washoe la chimpanzée, et Dar son copain, lorsque leurs jeux devenaient violents et qu’ils se faisaient mal, sollicitaient le réconfort de Washoe en signant « Embrasser Amour ».

Chimpanzés, prisonniers à perpétuité de la recherche

La détention de primates pour la recherche, en particulier des grands singes, suscite de plus en plus d’opposition dans le monde. Pourtant, ils continuent d’être sacrifiés dans des bagnes pour ces êtres qui n’ont aucune peine à purger, mais de terribles peines à enfermer dans leur coeur, parfois jusqu’à la folie. Si les humains ne veulent pas savoir ce qu’ils font, les chimpanzés, eux, savent ce que les expérimentateurs leur font. Ils savent ce qui les attend, car ils peuvent se référer au passé et anticiper le futur. En France, des chimpanzés seraient encore expérimentés à l’insu du public. Aux Pays-Bas, BPRC (Biomedical Primate Research Center), le plus grand centre européen à utiliser des chimpanzés pour la recherche, détient 120 chimpanzés et 1500 primates d’autres espèces dans des conditions qui, selon le gouvernement néerlandais lui-même, « ne correspondent pas aux normes généralement admises ». Ce laboratoire, qui se présente comme un « centre d’excellence», élève les chimpanzés pour des chercheurs français, anglais, asiatiques, africains, etc. Sur les six protocoles d’expérimentation en cours actuellement, trois sont français.

Une vie d’esclave

Les chimpanzés infectés par des virus humains, comme le sida et l’hépatite C, sont maintenus dans une unité spéciale. À partir de là, ils n’auront plus jamais accès à l’extérieur. Ils sont confinés dans l’isolement, privés de tout contact social, enfermés à vie dans des cages souvent sans accessoires, mesurant 1,60 m X 1,60 m X 2,30 m, au sol constitué de barres d’acier. Coen, le plus ancien chimpanzé contaminé par HIV du monde, est resté enfermé seul de 1982 à 1997. Ceux qui, contaminés, ne sont plus soumis à des expérimentations sont enfermés par groupes de quatre. Sauf pour ceux qui montrent de l’agressivité : « la torture de l’isolement » est appliquée. Les autres, en majorité, ceux qui ne sont pas expérimentés, sont détenus dans des conditions tout aussi déplorables. Ils servent de « stocks » Il y a aussi des groupes de trois à huit enfants, parfois de deux ans seulement, et adolescents, totalement privés de leurs mères. Ils manifestent des signes de détresse, de terreur et d’ennui extrême. Ils se balancent d’un côté à l’autre, s’accrochent les uns aux autres même lorsqu’ils se déplacent. Certains enfants arrachent le papier peint et maculent de fèces les fenêtres.

Mettre fin au sacrifice

Les singes macaques sont enfermés et isolés eux aussi dans des cages si petites qu’ils ne peuvent étirer leurs membres. Les femelles reproductrices sont détenues dans des cages isolantes pendant toute leur vie. Elles subissent des inséminations artificielles, et leurs bébés leur sont retirés quelques mois après la naissance. Pour toutes ces expérimentations, il existe des méthodes alternatives plus éthiques et plus fiables, moins coûteuses, disponibles et utilisées aujourd’hui (cultures de tissus, techniques de simulation sur ordinateur, cobayes humains volontaires). Devant la pression des défenseurs des animaux, le gouvernement néerlandais a l’intention d’autoriser le laboratoire à envoyer 46 chimpanzés (des jeunes et des femelles) dans des zoos en Chine et en Europe. Ceux qui sont infectés, 26 d’entre eux, resteront toute leur vie à croupir derrière les barreaux de leurs cellules. En 2002, 6 nouveaux chimpanzés devraient être infectés par l’hépatite C, en particulier pour des chercheurs français. Avec la CEECE (Coalition to End Experiments on Chimpanzees in Europe), One Voice condamne le plan annoncé par le gouvernement. Les chimpanzés dans les zoos pourraient être utilisés pour l’élevage ou envoyés dans d’autres laboratoires. De plus, ce plan justifie que les expériences se perpétuent. BPRC doit fermer. La Commission européenne, qui porte la responsabilité d’avoir capturé dans leur milieu naturel les premiers effectifs de chimpanzés du BPRC et de subventionner ce centre, doit mettre fin à leur utilisation dans la recherche et reverser les fonds européens à la création de refuges pour les animaux de ce centre. On dispose en Europe de sanctuaires capables d’accueillir tous les chimpanzés, y compris ceux qui sont infectés, ainsi qu’une grande partie des macaques. Le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande ont déjà mis fin à l’utilisation des grands singes dans la recherche. C’est au tour de la France, de l’Europe, et du monde d’en faire autant.

La personnalité légale

Si nous voulons faire avancer la cause des animaux, il faut que tous les principes moraux que nous défendons à leur égard deviennent des dispositions légales. Ainsi les droits demandés dans la Déclaration sur les grands singes, le droit de vivre, la protection de la liberté individuelle, et la prohibition de la torture doivent se traduire en termes de droits légaux. Ceci implique que les grands singes ne soient plus considérés comme la propriété des humains mais comme de « personnes » au regard de la loi. Il n’y a pas si longtemps, les esclaves étaient la propriété de leurs maîtres et les femmes de leur père ou de leur époux. Aujourd’hui la notion de personnalité légale s’applique à une entité non humaine. Pourquoi ne l’appliquerions-nous pas aux grands singes ? Avec ces droits, une lueur apparaît au-dessus du grand fossé. Pour la première fois, un groupe d’animaux non humains peut être affranchi. Mais le souffle civilisateur doit gagner sur l’obscurantisme. Cette lueur doit devenir une flamme au coeur de l’interminable nuit de l’esclavage. Une flamme d’espoir pour tous les animaux.

Marité MORALEs

Ce que vous pouvez faire

• Demandez aux candidats à l’élection présidentielle de prendre des dispositions très strictes pour mettre fin aux expériences sur les grands singes en France.

• Écrivez un courrier aux députés européens pour demander un moratoire européen sur l’utilisation des grands singes dans la recherche médicale et l’arrêt des subventions européennes au BPRC.

• Envoyez une copie de votre courrier au commissaire européen responsable des subventions aux expérimentations sur les chimpanzés au BPRC : M.P.B. Busquin, Commissaire pour la Recherche, Conseil F, Commission européenne, Rue de la Loi 200 B-1049 Bruxelles, Belgique.

• Signez et faites signer la Déclaration sur les grands singes. Commandez le tract « le grand singe est une personne».


Lire les articles associés