Accès direct aux

Rechercher


 

Retour à l'accueil

Origine et historique
Notre mission
Actions menées
Rejoignez nous
Dons et legs
Délégués régionaux
Produits non testés
Enquêtes publiques
Pétitions à imprimer
Tracts et dépliants
Espace enfants
Bannières web




Coalition Européenne pour mettre fin à l'Expérimentation Animale

NEWSLETTER
pour les adhérents
 
S'identifier

 
Magazine > Trafic animalerie

Animaleries, Trafics : One Voice persiste et signe

BELGIQUE : Un ancien importateur et ONE VOICE déposent plainte

Suite à nos enquêtes en Belgique et à la diffusion des images par la télévision,nous avons été contactés par Marie-Corinne et Thierry Plet, importateurs agréés et gérants d’une animalerie à Gardanne(Bouches-du-Rhône).

UN IMPORTATEUR DÉNONCE

Thierry Plet a commencé ses activités avec Francis Duprat, il y a une quinzaine d’années. À l’époque, comme M.Duprat, il importait des chiots d’Angleterre. Puis après une interruption de plusieurs années, il a ouvert une boutique à Gardanne en 1997. Il s’approvisionnait en chiots auprès du centre de transit que nous avons dénoncé en Belgique.

M. Plet et sa boutique étaient connus de One Voice et figuraient sur nos fiches de renseignements concernant les animaleries qui importent des chiots et des chatons. Mais, grâce à la diffusion de nos informations, sa femme et lui ont pris conscience qu’ils se rendaient complices d’un odieux trafic. Ils ont donc décidé de cesser leurs activités, devant affronter le chômage avec quatre jeunes enfants, et de dénoncer ce commerce avec l’aide de One Voice. Nous saluons leur courage et souhaitons que leur exemple puisse motiver d’autres personnes à faire de même.

En avril, Muriel Arnal s’est donc rendue à Gardanne en compagnie de deux enquêteurs pour rencontrer Mme et M. Plet et constituer avec eux un dossier pour la presse et pour la justice. Une équipe de TF1 était également présente et a ainsi pu évoquer l’affaire au journal télévisé.

La Belgique change les règles

Jusqu’au début de l’année, les chiots que recevait Thierry Plet étaient en assez bonne santé. Mais, aussitôt après l’enquête de One Voice en Belgique, ce pays a semble-t-il modifié ses règles d’exportation de chiots et de chatons. La Belgique n’a plus laissé sortir de son territoire que des animaux âgés d’au moins trois mois et demi. Cette mesure avait sans doute pour objectif de rassurer les autorités françaises en matière de protection sanitaire, contre la rage notamment.

En effet, les pays de l’Est sont encore des zones rabiques, les animaux qui en sont originaires doivent donc être vaccinés. Pour cela, il faut qu’ils aient au moins 3 mois.

L’ÂGE DES CHIOTS FALSIFIÉ

À partir de cette période, M. Plet aurait donc dû recevoir des animaux d’au moins trois mois et demi. C’est ce qu’indiquaient les papiers signés du ministère de l’Agriculture belge... En réalité, les chiots n’avaient pas sept semaines pour la plupart. M. Plet a dû faire face à des taux de mortalité dépassant 40 %, bien qu’il ait tout fait pour soigner les animaux.

Note : il faut savoir que la majorité des animaleries ne soignent pas les animaux malades, cela coûte trop cher, et qu’est-ce que le prix d’une vie pour ces marchands de souffrance ?

Thierry Plet a fait des soins continus qui ont permis de sauver certains animaux. Mais la plupart, trop jeunes, n’ont pas survécu. Il a donc réuni des attestations vétérinaires sur les maladies et l’âge véritable des chiots. Les documents sont accablants, c’est pourquoi nous avons décidé d’en publier un certain nombre dans ces pages.

UNE PLAINTE EXEMPLAIRE

One Voice et la famille Plet ont déposé une plainte contre le centre de transit en Belgique. Âge des chiots falsifié avec certificats antirabiques signés des vétérinaires du ministère belge, maladies graves, morts par dizaines, gageons que cette procédure va bouleverser profondément le trafic qui sévit entre les pays de l’Est et la France, via la Belgique.

Bien entendu, One Voice va accompagner la plainte de demandes précises auprès des autorités belges et françaises. Rendez-vous cet hiver pour la suite de cette importante affaire.


Lire les articles associés