www.onevoice-ear.org

La Norvège autorise les "safaris" au bébé phoque
-

La nouvelle est tellement énorme, qu’au premier abord elle parait incroyable. Et  pourtant, la chasse aux bébés phoques est ouverte aux particuliers en Norvège, depuis le début du mois d’octobre 2004. Plusieurs tours operators norvégiens proposent ces safaris dans leurs catalogues. L’un d’eux annonce même "voilà une chasse que vous n’êtes pas prêt d’oublier".

-
Bénédiction des autorités

Rien n’aurait pu se faire sans la bénédiction des autorités norvégiennes. C’est donc le ministre de la Pêche, Svein Ludvigsen qui a donné son feu vert. Il a autorisé un quota de 2100 phoques qui pourront être tirés par des gâchettes venues du monde entier. Pour justifier sa décision, le ministre avance toujours les mêmes arguments : "Le phoque constitue une menace réelle pour l'industrie de la pêche" et "sa présence dans les fjords ou le long de la côte effraie les poissons et il arrive aussi souvent qu'il se prenne dans les filets et les coule."

Arguments contestés

Il a oublié de rendre aussi les phoques responsables de la pollution, tant qu’il y était… Car plusieurs rapports scientifiques ont montré que la chute des effectifs des bancs de poissons était l’effet de la surpêche et non de la présence des phoques.

Crainte d’être mal vu

Reste que l’initiative, qui a aussitôt soulevé l’indignation des associations locales et internationales de défense des animaux, demeure controversée au sein même de l’industrie touristique norvégienne. En effet, ce pays est déjà tristement connu pour soutenir la chasse commerciale à la baleine et pour ses massacres de bébés phoques. Autoriser la chasse par les touristes apparaît comme une sanglante cerise sur le gâteau. C’est ainsi que l'organisme public, chargé de promouvoir l'image de la Norvège à l'étranger, Innovasjon Norge s’inquiète : "la chose pourrait être contre-productive en termes d'image touristique".

Exercice sans difficulté

Pour les chasseurs, qui selon les autorités norvégiennes, devront montrer de réelles capacités avant de sortir leurs fusils, l’exercice ne devrait pas être particulièrement difficile. En effet, "le bébé phoque se repère aisément sur la banquise et se déplace tellement maladroitement que le tirer est plus aisé que d’atteindre un ballon sur un stand de foire".

---
------------
-
Toute reproduction des textes ou des photos est interdite sans autorisation
© One Voice
-
One Voice
23, rue du chanoine Poupard
BP 91923
44319 Nantes cedex 3
Tel: 02 518 318 10 - Fax : 02 518 318 18
info@onevoice-ear.org